Plaire, émouvoir convaincre

Chaque année au Palais de Justice de Paris, plus de 110 jeunes avocats s’affrontent dans le décor fastueux de la bibliothèque de l’ordre des avocats pour décrocher le droit, s’ils sont distingués, d’être commis d’office pendant un an et donc de pouvoir plaider tous les jours. Douze d’entre eux deviendront Secrétaires du Stage et pourront s’exercer à leur métier auprès des ténors du barreau. On pouvait voir il y a quelques années , Robert Badinter, ex Garde des Sceaux et Président du Conseil constitutionnel les recevoir et citer Cicéron à propos de l’éloquence, arme de bataille de l’avocat : « Il faut plaire, émouvoir, convaincre. L’ordre est important : Impossible de convaincre si vous n’avez pas réussi d’abord à plaire et ensuite à émouvoir ! » A mon avis, il n’y a pas que les avocats qui doivent avoir ces qualités. Nous sommes tous et toutes concernés, dans notre vie privée comme dans notre vie professionnelle.

Plaire
 » Vous n’aurez jamais une seconde chance de faire une bonne première impression  » ( Gustav White )
Que dire de plus ?
Emouvoir ?
Cette histoire est bien connue. Un non-voyant était assis sur les marches d’un bâtiment, un chapeau à ses pieds avec un texte :  » Je suis aveugle, aidez-moi, s’il vous plait « Un publicitaire s’arrêta et vit qu’il n’y avait que quelques centimes dans la chapeau. Il se pencha, versa un peu de monnaie, puis, sans demander son avis à l’homme, prit le carton et écrivit un autre texte.
Le même après-midi, le publicitaire revint près de l’aveugle et vit que son chapeau était plein de monnaie et de billets. Le non-voyant reconnut le pas du publicitaire et lui demanda ce qu’il avait fait.  » Oh, rien de spécial, j’ai simplement revu votre texte  »
Le non-voyant ne sut jamais que sur son carton il était écrit : « Aujourd’hui, c’est le printemps, et moi je ne peux pas le voir »
Cela nous atteint aux tripes, non ?
Convaincre ?
Autre histoire tout aussi connue. Un fabricant de chaussures qui voulait se développer sur le marché africain envoie deux de ses représentants sur place. Un mois plus tard, ils reviennent. Le premier n’a rien vendu et explique :  » Il n’y a rien à vendre, c’est un marché impossible, 80% des gens marchent pieds nus ! « . Le second a vendu plusieurs milliers de paires et est enthousiaste :   » C’est un marché exceptionnel, 80 % des gens marchent pieds nus ! »
Pour convaincre, il faut d’abord être convaincu(e) !

Laisser un commentaire