Paroles d’un marin considérable et d’un poète

« Si on commence à s’inquiéter pour le futur, on perd un temps énorme. Il ne faut s’inquiéter que pour des choses qu’on peut vraiment changer,et moi, ma réalité d’action aujourd’hui dans le monde est bien faible. La seule chose que je puisse faire est d’essayer d’un petit peu moins nuire à mon prochain, au sens étymologique du terme, mais cela s’arrête là  »(page14)

 » Parfois, avant de parler de ce qui doit être fait dans le futur, il faut essayer de regarder le passé lointain qui nous donne la force de mieux comprendre où aller aujourd’hui et comment se conduire  »            (page 152)

 

Olivier de Kersauson. Promenades en bord de mer et étonnements heureux. Editions cherche mdi; ISBN 978-2-7491-4085-8

Laisser un commentaire